NLFR

Platforme pour l'industrie agroalimentaire et des boissons
Vers une culture de la sécurité alimentaire en cinq étapes

Vers une culture de la sécurité alimentaire en cinq étapes

Cela fait un moment que le terme Food Safety Culture a été lancé pour la première fois. Il vient de la Global Food Safety Initiative qui s’appuie sur la conviction que des valeurs, des certitudes et des normes partagées influencent le comportement de l’ensemble de l’organisation en matière de sécurité alimentaire. Elle a été suivie par la BRCGS qui a été la première à inclure le terme dans sa norme pour la sécurité des aliments en 2018. Pourquoi est-ce si important et comment introduire une culture de la sécurité alimentaire dans votre entreprise ?

Une culture de la sécurité alimentaire commence par un soutien suffisant au sein de l’entreprise alimentaire. Elle doit être claire et portée en haute estime par tous les collaborateurs. Cela demande un management qui donne la priorité à la sécurité alimentaire et qui ne se focalise pas sur la quantité ou la maîtrise des coûts. Il lui incombe de la façonner, de la mettre en place et de l’entretenir. Mais vouloir réaliser cela du jour au lendemain relève de l’utopie. Le changement de culture est une affaire de longue haleine. Il faut du temps pour que cela se répercute de l’échelon le plus élevé à l’échelon le plus bas. 

Une stratégie claire

L’engagement est là, il faut maintenant la stratégie. Essayez de définir une politique aussi claire que possible et documentez précisément ce qui est attendu. Il est important de partir de la situation actuelle : analysez le plus objectivement possible votre score, en tant qu’entreprise, en matière de sécurité alimentaire. Pour nombre d’entreprises, le point de départ est fixé par les exigences minimales établies par les diverses normes et certifications. Mais il faut aller au-delà, progressivement, avec des objectifs (et des investissements pour les réaliser) concrètement mesurables pour suivre l’évolution et ajuster si nécessaire. Assurez-vous que tous les collaborateurs s’impliquent dans les actions d’amélioration pour que la sécurité alimentaire soit perçue comme une responsabilité partagée. 

Une culture de la sécurité alimentaire commence par un soutien suffisant au sein de l’entreprise alimentaire. Elle doit être claire et portée en haute estime par tous les collaborateurs.

La formation, une pierre angulaire essentielle

Chaque collaborateur doit connaître son rôle et être convaincu de l’importance de la sécurité alimentaire et de la qualité dans les tâches qu’il accomplit. Une communication claire est primordiale. Que la formation soit une pierre angulaire essentielle d’une culture de la sécurité alimentaire n’a rien de surprenant.

Elle doit porter sur l’importance des propres actions mais aussi sur la manière dont le travail des collègues contribue à une plus grande sécurité alimentaire. Il est possible de promouvoir davantage cet aspect par une formation conjointe des collaborateurs provenant des différents départements de l’entreprise sur la sécurité alimentaire. Bien entendu, le management doit donner l’exemple. Veillez à ce que les collaborateurs reçoivent le soutien (technologique) dont ils ont besoin pour accomplir leurs tâches dans le respect de la sécurité alimentaire. 

La communication, une voie à double sens

Nous soulignons une fois de plus l’importance d’une communication claire. En abordant le thème régulièrement, vous le faites vivre auprès des collaborateurs. Expliquez les actions qui sont entreprises, abordez les succès obtenus, détaillez les prochaines étapes,  … En communiquant régulièrement, vous transmettez les bonnes priorités et des messages aux collaborateurs, et la prise de conscience de l’importance de la sécurité alimentaire et de la qualité augmente. Mais la communication doit se faire dans les deux sens. Motivez les collaborateurs à donner leur avis. Ils doivent avoir le sentiment de faire partie du parcours d’amélioration et ne doivent pas craindre d’être blâmés si quelque chose ne va pas. 

Célébrez les succès

Enfin, évaluez tout ce qui a déjà été entrepris. Mesurer, c’est savoir et c’est la base d’optimisations ultérieures. Une culture n’est pas une donnée tangible mais en la rendant mesurable dès le départ, il est possible de suivre les développements et de cartographier les résultats. N’oubliez pas de souligner et de célébrer les succès obtenus. Reconnaître le bon travail crée une ambiance de travail positive. ■

[contact-form-7 id="114" title="Contactformulier"]

Wij gebruiken cookies. Daarmee analyseren we het gebruik van de website en verbeteren we het gebruiksgemak.

Details